Etang de Cessy

A l’est de son territoire, à la limite des communes de Sauverny, de Versonnex et de Grilly, la commune de Cessy est propriétaire d’un vaste ensemble de parcelles de marais, de prairies et de forêts. Depuis 1985, une zone de 10 hectares y a été aménagée. Elle comprend un parking, une partie boisée dans laquelle serpentent des sentiers pédestres et une partie engazonnée où a été tracé un parcours santé. Elle se complète d’un étang artificiel creusé en 1989 et de son îlot central.
Véritable havre de paix, c’est un des lieux de promenade et de repos préférés des Cessiens. Accessible à toute la famille, il est aménagé de barbecues, bancs et tables de pique-nique, ainsi que d’un parcours santé et de 2 terrains de pétanque.
C’est aussi un point de pêche privilégié pour attraper carpes, tanches, brochets et perches.

Les blocs erratiques de l’étang de Cessy

Projet développé par Williame Coosemans avec le soutien de la mairie de Cessy. L’identification des blocs a été partiellement réalisée par Mr Nicolas Meisser, conservateur de minéralogie et de pétrographie au Musée cantonal de géologie à Lausanne et Mr Gérald Favre, géologue qui a développé un géotope sur le même sujet pour la commune de Borex (VD).

Pendant la dernière grande glaciation, la plaine gessienne a été recouverte par le glacier du Rhône. La glace a atteint une épaisseur de presque 1 000 mètres. Cette ère glaciaire qui a débuté il y a 110 000 ans, a atteint son maximum il y a 20000 ans et s’est terminée il y a 10 000 ans.

Carte extraite du site web de Sylvain Coutterand : www.glaciers-climat.com

Durant l’érosion des massifs montagneux, des masses rocheuses s’effondrent sur le dos des glaciers dans le fond des vallées. Ces roches de nature et de tailles différentes sont alors emmenées par le flux du glacier vers l’aval. Elles se déplacent ensuite au front et sur les côtés du glacier, ce sont les moraines : frontales et latérales.

Lors du retrait du glacier, les plus petits éléments de roche vont disparaître en se mélangeant et en s’intégrant aux sédiments modernes pour former les sols dans certaines parties de notre territoire. Les éléments plus volumineux, appelés communément blocs erratiques, peuvent se trouver sous terre et sont amenés au jour lors de travaux de terrassement; d’autres vont rester visibles à la surface et parsemer nos paysages de curieux « cailloux».

Sur le site de l’étang, se trouve une grande quantité de blocs d’origines et de natures variées. Ils ont été déposés ici par le glacier du Rhône lors de son retrait il y a environ 15 000 ans.

Ces blocs proviennent de roches qui, selon leur nature, ont été formées il y a plusieurs dizaines voire plusieurs centaines de millions d’années. A travers l’observation de ces blocs, nous pouvons découvrir la riche histoire géologique de la chaîne des Alpes.

Beaucoup ont été découverts lors du creusement de l’étang et déplacés comme ceux du groupe 1. Les blocs numérotés de 7 à 24 sont très probablement situés là où le glacier les a déposés. Ces blocs et ceux du groupe 1 sont identifiés ou en attente d’une identification. Certains blocs, non décrits, ont été utilisés pour consolider les berges de l’étang ou stockés en compagnie de roches locales sur le parking. Les blocs des groupes 2, 3 et 4 ont été déplacés et mis en place lors de l’aménagement de l’Espace de Loisirs.

Les pierres de l’enrochement de la berge sud ne sont pas des blocs erratiques, ce sont des roches calcaires extraites, plus ou moins récemment, de carrières régionales.

UN PEU DE GÉOLOGIE…

  • Les roches magmatiques ou ignées se forment quand des éléments du magma se refroidissent et se solidifient, elles peuvent être :
    – volcaniques, issues de la solidification d’un magma projeté en surface par une éruption volcanique ( basalte, ponce…)
    – plutoniques lorsque le magma a cristallisé lentement en profondeur (granite…)
  • Les roches sédimentaires ont pour origine l’accumulation de sédiments qui se déposent en couches superposées, ( calcaire, grés… )
  • Les roches métamorphiques sont des roches, des deux types précédents, qui ont subi une transformation provoquée par des températures élevées et des fortes pressions lors des mouvements tectoniques (gneiss, quartzite, marbre,…)

PROVENANCE DES BLOCS

INFORMATIONS SUR LES BLOCS

– 1, 3, 4 : conglomérat polygénique, roche sédimentaire composée d’éléments cristallins, en provenance de la région de Martigny.

– 6 : gneiss, roche métamorphique composée de quartz, de mica et de feldspath, en provenance du Valais central.

– 5 : flysch, roche sédimentaire composée de grés et de marnes, en provenance du Val d’Illiez.

– 2 : calcaire, roche sédimentaire composée de carbonate de calcium et de magnésium, en provenance du Chablais vaudois.

– 7 : granit, roche magmatique, composée de quartz, feldspaths, micas, en provenance du Mont Blanc.

– 8 et 9 : serpentinite, roche métamorphique, contient de la serpentine, du nickel, de l’amiante, en provenance du Val d’Hérens.

– 10 : gneiss, roche métamorphique composée de quartz, feldspaths, micas, en provenance de la région du Mont Blanc.

 11 : quartzite, sédimentaire ou métamorphique ?, composition ?, provenance Verbier.

– 12 et 13 : granit, roche magmatique, composée de quartz, feldspaths, micas, en provenance du Mont Blanc.

– 14 : conglomérat polygénique, roche sédimentaire composée d’éléments cristallins, en provenance de la région de Martigny.

– 15 et 16 : granit, roche magmatique, composée de quartz, feldspaths, micas, en provenance du Mont Blanc.

-17 : éclogite, roche métamorphique , en provenance de Zermatt.

Aller en haut de la page